Artistes en résidence: Uz et Coutumes

En résidence du 4 au 10 décembre pour sa prochaine création, la compagnie
Uz et Coutumes questionne l’horreur des crimes engendrés au XXème siècle, plus particulièrement du Génocide des Tutsi du Rwanda et nos responsabilités face à l’humanité en danger.
Éjo N’Éjo Bundi signifie Hier Aujourd’hui demain et Après demain et s’interroge sur un « passé qui ne passe pas ».
Cette création se développe pendant la résidence par un collectage, des interviews, des rencontres, autour de l’installation La Catastrophe, et un théâtre en espace public profondément engagé.

Samedi 9 décembre, de 11h à 13h, Visite de l’installation plastique La Catastrophe imaginée pour le spectacle en création Ejo N’éjo bundi et rencontre avec la compagnie Uz et Coutumes, salle de l’ancien marché de l’Arsenal à La Rochelle. Et vous restez boire un café… ou un thé

« Nous allons traverser le vingtième siècle pour tenter de comprendre les résonnances des faits historiques dans le présent qui nous constitue, dans l’avenir qui nous attend. ÉJO N’ÉJO BUNDI  signifie Hier Aujourd’hui Demain et Après demain et s’applique aux faits qui se pensent dans leur continuité, celle d’un « passé qui ne passe pas ». Héritiers des catastrophes, nous avons pourtant la parole. Elle oscille entre nos soulèvements et les balbutiements de l’histoire mais elle est.
Le théâtre la recrache comme un poème ininterrompu, une humanité percée de maux et d’effarements, mais une humanité quand même.
Cette force du vivant pour penser l’impensable. »

La compagnie Uz et Coutumes, créée en 2002, propose depuis près de 15 ans des spectacles ambitieux, dans l’espace public.
Ambitieux d’abord, parce que la compagnie s’inscrit chaque fois en réaction à ce qu’elle considère comme une réalité essentielle que le théâtre doit prendre à bras le corps : faire acte de parole. La normalisation dangereuse des esprits (« Hebs » – 2011), la fermeture d’une centrale thermique et la mort des salariés liée à l’amiante (« Touché Mais Pas Coulé » – 2012), le génocide perpétré contre les tutsi au Rwanda (« Hagati Yacu » – 2013), la résistance par la littérature face à l’intégrisme (« Souk » – 2016).
Ambitieux également par le nombre de personnes impliquées dans chaque œuvre, marquant une volonté de pluraliser les énergies et les compétences, mais aussi de rester ouvert, tant dans le fond que dans la forme de l’interprétation.
La compagnie mène également des projets éphémères de territoire, dans les quartiers dits « en marge », en lien avec les habitants, les acteurs du terrain.
La pédagogie et la transmission des savoirs fait partie intégrante de son cursus.
Dans chacun de ses travaux la compagnie tient à mettre l’accent sur le texte dit, la parole de grands auteurs ou de tout un chacun (le collectage occupe ainsi une part très importante du travail, avec restitution des propos sous diverses formes) en cherchant chaque fois à donner à ces mots une expression transartistique, en associant le plus souvent la danse et la relation à l’image.

Equipe artistique Ecriture et mise en scène : Dalila Boitaud Mazaudier/ Co élaboration artistique : Carole Karemera / Création plastique : Cécile Marical / Scénographies : Adrien Maufay / Direction d’acteur : Christophe « Garniouze » Lafargue / Interprétation Hadi Boudechiche, Hervé Kimenyi, Christelle Lehallier, Isabelle Loubère, Pierre Mazaudier, Vincent Mazaudier, Didacienne Nibagwire, Thomas Pelletier, Mickael Sengazi, Claudia Shimwa Noella, Eliane Umuhire / Musique Thomas Boudé / Collaborations artistiques Regard sur l’écriture : Boris Boubacar Diop, Regard sur l’écriture dramaturgique : Wajdi Mouawad, Travail vocal : Cécilia Kankonda, Costumes : Agathe Laemmel / Technique Adrien Maufay et Vincent Mazaudier (France), Judo Kanobana (Rwanda) / Equipe de production Administration : Sophie Duluc, Chargé de développement : Adrien Guillot, Logistique : Jordi Castellano (France), Didacienne Nibagwire (Rwanda), Communication : Ceren Bregeon (France), Sisuru Kaiyambere (Rwanda) Producteur Compagnie Uz et Coutume / Coréalisation Ishyo Arts Center – Rwanda / Coproducteurs / Le Parapluie – CNAR Aurillac / Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine (O.A.R.A) / Sur le Pont – CNAR La Rochelle / Atelier 231 – CNAR Sotteville les Rouen / Partenaires La Chartreuse – Centre National des écritures du spectacle – Villeneuve-lez-Avignon (accueil en résidence d’écriture)/ Lieux Publics – CNAR Marseille (mise à disposition atelier de construction pour les décors) / Institut Français à Kigali – Rwanda / Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (C.N.L.G.) – Rwanda / Ministère de la Culture et des Sports – Rwanda / Institutions Direction Générale de la Création Artistique (D.G.C.A.) – Aide à la création pour les arts de la rue, Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) Nouvelle Aquitaine – Aide à la production dramatique, Conseil Régional Nouvelle Aquitaine – Aide aux activités artistiques et culturelles, Commission Internationale du Théâtre Francophone – France (CITF) – Aide à la diffusion, Conseil des Arts et Lettres du Québec (CITF) – Aide à la diffusion, Conseil des Arts du Canada (CITF) – Aide à la diffusion / Soutiens IBUKA France et Rwanda- Mémoire Justice et Soutien aux rescapés du génocide du Rwanda,Association CAURI – Bordeaux, Mémorial de la Shoah – Paris, Hors les Murs / Artscena – Centre National de ressources pour les arts de la rue et du cirque

Le spectacle est placé sous le Patronage de l’UNESCO

Laisser un commentaire