La compagnie Brasse Brouillon en résidence

~Stars d’ici~ visite dé-guidéeEn résidence du 8 au 12 juinLes résidences, initialement programmées du 30 mars au 4 avril et du 28 avril au 6 mai n’ayant pu se dérouler dans les conditions prévues, le CNAREP a travaillé aux reports devant permettre…
Read More
La compagnie Brasse Brouillon en résidence

Collectif les Malunés en résidence

La résidence, initialement programmée du 7 au 17 avril n’ayant pu se dérouler dans les conditions prévues, le CNAREP a travaillé aux reports devant permettre au collectif d’oeuvrer à sa création dans les conditions les meilleures possibles. ~We agree to…
Read More
Collectif les Malunés en résidence

Une « Nuée d’artistes en solo » dans votre quartier pour partager « Notre futur »…

Samedi 6 juin – Laleu-La Pallice Dimanche 7 juin – Port-Neuf Une nuée d’artistes va parcourir votre quartier… Mais ce sont des sauterelles qui vont vous offrir leurs récoltes… Une vague bienveillante qui va déferler tendrement dans vos rues. Une…
Read More
Une « Nuée d’artistes en solo » dans votre quartier pour partager « Notre futur »…

~Lettre ouverte de l’association des centres nationaux des arts de la rue et de l’espace public – CNAREP~

PENSER LE PRESENT IMAGINER L’AVENIR L’association des Centres Nationaux des Arts de la Rue et de l’Espace Public apporte son soutien – fort et entier – à l’ensemble des professionnels, artistes et techniciens (…) qui structurent le paysage des arts de la rue et…
Read More
~Lettre ouverte de l’association des centres nationaux des arts de la rue et de l’espace public – CNAREP~

  • Événements à venir
    Aucun évènement pour le moment.
  • Le bilan 2019

Petit retour-bilan assez étrange sur une année 2019 active et pleine de promesses ! Au moment où notre activité 2020 est totalement remise en cause.

  • En vidéo
  • Édito

Le CNAREP Sur le pont vous informe : Etat d’urgence sanitaire – suite 2

Bonjour à toutes et tous,

Evidemment, nous sommes confiné.e.s, et ce n’est pas fini !
Nous ne pouvons toujours pas reprendre nos activités :
Donc, pas de présentations de chantiers ou de spectacles en espaces publics, sûrement jusqu’à mi-juillet au moins,
et pas de résidences d’équipes artistiques qui viendraient travailler même en espaces clos, au moins jusqu’au 11 mai.

La liste des annulations s’allonge.
Et nous continuons à détailler ces annulations, toujours par souci d’information aussi précise que possible et par solidarité avec les artistes que nous devions accueillir :

Ainsi, sont annulées :
– les résidences de Mastoc Production pour « Des oiseaux sur ma bouche » et de Bougrelas pour « Façade » du 20 au 25 avril
– la sortie publique de résidence de « Des oiseaux sur ma bouche » le 23 avril
– la sortie publique de résidence de « Façade » à Lagord le 25 avril
– la seconde résidence de la compagnie Brasse Brouillon du 28 avril au 6 mai
– les sorties publiques de résidence prévues à Laleu et La Pallice les 3 et 6 mai
– la représentation du spectacle « Batman contre Robespierre » du Grand Colossal Théâtre, au Gabut le 7 mai

ainsi que toutes les rencontres, les répétitions ouvertes, les ateliers, prévu.e.s jusqu’à fin mai au moins, avec différents établissements scolaires et centres de loisirs.

Et nous verrons avant fin avril si nous pouvons reprendre et reporter les accueils d’artistes en résidences à partir de mi-mai, même hors tout public, notamment celle du Grand Colossal Théâtre qui devait débuter à cette période pour leur création « Enterre-moi partout ».

Mais est annulé aussi: notre temps fort Fêtes le Pont prévu du 21 au 24 mai,
où devaient être présentées les créations et autres spectacles des compagnies Adhok, Grand Colossal, CIA, Qualité Street, 100issues, Bougrelas, Mastoc Production, Brasse Brouillon, Nanoua, Du Grenier au Jardin, Les Barbus, L’Etabli.

Et pourtant : nous voulons toujours croire que d’autres temps pourront nous réunir à la rentrée (de septembre…) et nous envisageons déjà de vous retrouver cet automne, avec la plupart de ces artistes et leurs univers.

Cela étant, même si les conditions de nouvelles résidences et de nouvelles rencontres publiques étaient réunies, nous ne pourrons pas recommencer comme si de rien n’était !

Nous rêvons un Fêtes le Pont d’automne libre et aussi joyeux que possible !

Mais comment apporter notre petite pierre à envisager, imaginer autrement « notre futur » ?
Nous sommes sur le pont dès maintenant pour y travailler, avec artistes, partenaires, complices, habitants…

L’équipe du CNAREP reste bien sûr confinée, par nécessité, civisme et solidarité, mais mobilisée.

Et vous pouvez toujours nous joindre par courriel ces prochains temps. Toutes informations sur notre site : www.cnarsurlepont.fr

 À très bientôt dans la rue !

Pour l’équipe du CNAREP,
Bruno de Beaufort

Rappel des épisodes précédents :

Pour soutenir le travail engagé avec les artistes sur cette saison, nous avons décidé de maintenir les apports financiers en production des équipes qui devaient venir en résidence,
et nous tenterons, autant que possible, de reporter au mieux toutes ces résidences, créations, représentations, et autres rencontres, dans l’année 2020.

Conscients des conséquences que cette situation produira et au regard de la fragilité du domaine des arts vivants, nous nous engageons d’ores et déjà à étudier chaque cas,
et à faire en sorte qu’aucune compagnie initialement programmée dans cette période n’ait à supporter de pertes financières.

Les arts et les cultures, pour autant qu’ils véhiculent des valeurs d’humanité, de dignité, d’équité, sont à notre sens des biens communs qu’il faut absolument préserver, de la même façon que la santé, l’éducation, la justice,…, sont des services publics qui n’auraient jamais dû être mis en péril.

Nous espérons vous informer dès que possible de la reprise de la saison, même si ce sera sûrement différent, et chargé de ce que nous aurons vécu toutes et tous, ensemble, même confinés.

Mais l’espace public doit rester un lieu de rencontres, de partages, pas seulement de circulation.
Avec toujours une pensée particulière à celles et ceux qui sont mobilisé.e.s pour assurer les soins d’urgence et de première nécessité auprès de la population, et à celles et ceux qui souffrent.

PS : et continuez à parler à vos proches, vos voisins, même si c’est au téléphone, ou depuis le balcon, à sourire au passant, adresser un affectueux salut au sans-domicile-fixe, à l’étranger qui vient, même de loin : ne leur faites pas la guerre !

  • Retour en images