Notre futur ~Fanny Bérard ~

Notre futur… un programme en figure libre, inspiré de notre saison 2020 et de l’affiche créée par Marine Denis pour l’événement Fêtes le pont, qui devait se dérouler les 22, 23 et 24 mai dernier.
Nous reportons l’accueil des artistes, et leur programmation, à la rentrée 2020. Pas notre futur.
Les artistes que nous devions accompagner, que nous retrouverons bientôt, nous livrent leur vision.
 
« Le temps n’a qu’une réalité, celle de l’instant. Autrement dit, le temps est une réalité resserrée  sur l’instant  et suspendue entre deux néants. »
Gaston Bachelard
 
Et si aujourd’hui était demain, et si demain est aujourd’hui,
je tenterais, tu tenterais, il camperait, nous tenterions de…
– Prendre le temps de laisser pousser dans nos jardins intimes ce qu’on arracherait d’habitude…
– Oser quitter tous nos masques, et se relier à nos volcans sauvages.
– Savourer cette chance dingue de pouvoir respirer, librement, sans l’asphyxie de la violence et de la défiance, et de ce germe de la frousse qui nous court aux trousses.
– Regarder autrement, écouter autrement, aimer autrement, nos paysages intérieurs autant que les gens qui poussent à nos côtés, et laisser de l’espace au surprenant, à l’ivresse d’être en vie…
– Cheminer vers nos communs, vers ce qui nous rend puissants ensemble; ouvrir nos portes et nos gueules, construire des ponts sans levis, toujours ouverts… Continuer à se battre pour que l’art vivant insuffle des bourrasques jubilatoires de rencontres, des foisonnements de questions, afin de toujours et encore, ré-interroger et enrichir nos réels, nos utopies, nos futurs..
 
« Chaque jour est une vie »…
 A la vôtre…
 
Fanny Bérard
 
Compagnie Nanoua provenance:  Bayonne (64)
Nanoua fabrique des spectacles à la croisée du théâtre d’objets et de la profonde légèreté du clown.
Elle convie nos natures singulières à voyager au cœur de nos humanités et à se rassembler autour d’un banquet d’universalité!
A travers la poésie du rire, elle nous embarque dans son Navire Artistique pour réinterroger le réel et tenter, avec une sérieuse espièglerie, de le  «réenchanter».