CHAAR 2022-2023

2022 - 2023

La CHAAR effectue sa quatrième rentrée en 2022 avec un groupe de 14 élèves : 8 élèves de troisième et 6 élèves de quatrième.
Comme les années précédentes, les élèves bénéficieront de 3h d’arts de la rue chaque semaine. Une heure de découverte culturelle avec leur professeure de français, Mme Alberty, et surtout deux heures de pratique artistique. Ces heures de pratique seront alternativement menées par deux artistes professionnel·le·s du territoire : François Delime (Cie Autour de Peter) et Julie Fache (Cie J’ai vu Louisa).

Cette année, les élèves vont travailler sur les corps sonores et les corps silencieux, univers artistiques développés par leurs intervenants. Avec François Delime, les élèves exploreront la criée, à travers la performance, spontanée et sonore. Avec Julie Fache, chaque élève construira sa marionnette à corps porté pour pratiquer ensuite sa manipulation, ainsi que sa présence silencieuse, poétique. Ces deux aspects distincts des arts de la rue inciteront les élèves à développer leur expression, à travers la performance mais aussi par leur présence dans l’espace public alliant parole et gestuelle.

Tout au long de l’année, et en complément de cet apprentissage, le CNAREP Sur le Pont proposera aux élèves des rencontres, ateliers et spectacles avec les compagnies accueillies en résidence de création lors de sa saison.

La Belle Harangue
Pour la deuxième année consécutive, la CHAAR participe à La Belle Harangue, Fête de l’écriture et de la parole, manifestation à l’échelle nationale qui se déroule à partir du 23 septembre.
 
Sur le thème « Maintenant… ? », les élèves proposeront deux harangues, respectivement à l’automne et au printemps, avec les deux univers travaillés cette année : le corps sonore et le corps silencieux.

Seul établissement à participer à cette manifestation dans la Charente-Maritime, les élèves ont effectué leur première harangue à Châtelaillon-Plage, rue du Marché, le mardi 27 septembre à 16h30.
Les premiers ateliers de pratique ont donc été mobilisés pour cette opération : les élèves ont écrit leur harangue, ont travaillé avec Mme Alberty le texte, et avec François Delime la criée, la présence dans l’espace publique ainsi que la performance.
Ce projet constitue une belle entrée en matière pour les élèves qui vont pouvoir, dès le premier mois de cours, pratiquer concrètement les arts de la rue avec une convocation publique ; l’occasion également de fédérer le groupe et pour chacun, de s’exprimer.

La CHAAR graff'

Dans leur découverte des arts de la rue, la CHAAR a pu s’immerger dans l’univers du graff en passant, le mardi 18 octobre, une journée complète à La Rochelle. Accompagné·e·s par l’association LEXA & CO, les élèves ont bénéficié de deux moments privilégiés associant théorie et pratique…

Avec Sorge, les élèves ont pu s’initier le matin à la pratique du graff. Pour ce faire, rendez-vous au Gabut, lieu emblématique du graff rochelais, et de surcroît le plus grand spot urbain dédié au graff qui existe en France.
Après la préparation du mur, Sorge a expliqué aux élèves le maniement des bombes de peinture avec les règles de précaution d’usage.
Le temps de tracer les contours des lettres de « Belle Harangue », et les élèves se sont mis·e·s à colorer chacun·e une lettre. Le choix du message était une évidence : célébrer leur participation à l’événement national qui avait eu lieu quelques semaines auparavant.
Avec leurs bombes de peinture, les élèves s’en sont donné·e·s à cœur joie et ont pu laisser exprimer leur créativité.
Après le remplissage, les élèves ont travaillé avec Sorge sur les contours, l’ombrage et le light, petite touche de lumière à apporter en fin de graff.

Avec Dominick, rendez-vous l’après-midi pour une de ses Balades z’urbaines ! Une visite pédestre qui parcoure le centre-ville pour découvrir le graff à travers son histoire, ses techniques et ses artistes rochelais mais aussi nationaux et internationaux…
Une visite qui a bien sûr commencé au Gabut, haut lieu du graff à La Rochelle pour ensuite continuer à St-Nicolas et finir aux abords du marché.
Tout au long de cette balade, les élèves ont pu regarder autrement la ville, et aller dénicher ces marques d’art urbain, ces œuvres éphémères devant lesquelles on passe parfois sans y porter toujours attention.

À la rencontre de l'Homme debout

Vendredi 21 octobre, les élèves de la CHAAR ont rencontré Benoît Mousserion, directeur artistique de la compagnie l’Homme debout et artiste associé au CNAREP Sur le Pont.
La compagnie mène à La Rochelle et dans quatre autres territoires de la Nouvelle-Aquitaine, un projet participatif de territoire : Nos Cabanes. Un projet qui permet, à La Rochelle, aux habitant·e·s des quartiers de Mireuil et de Villeneuve-les-Salines de prendre la parole et de participer au processus de création d’un spectacle à travers différents ateliers.
Certains élèves de la CHAAR ont d’ailleurs participé l’an dernier à plusieurs ateliers que proposaient la compagnie pour la fabrication de la marionnette géante.
Car c’est bien ça qu’utilise la compagnie : des marionnettes géantes pour raconter des récits contemporains. Benoît a ainsi expliqué aux élèves sa façon de travailler, son rapport aux géants ainsi que le projet Nos Cabanes et son spectacle final, la cabane à Plume(s).
Ce spectacle qui aura lieu sur 24h les 2 et 3 juin prochains dans les quartiers de Mireuil, Villeneuve-les-Salines et du Centre-ville va impliquer des habitant·e·s, des élèves… Et il se pourrait bien que les élèves de la CHAAR participent au spectacle…

La création des marionnettes à corps portés

Cette année, avec Julie Fache (Compagnie J’AI VU LOUISA), les élèves vont travailler sur le corps silencieux et la présence dans l’espace public avec la marionnette à corps porté.
Et pour ce faire, rien de mieux qu’avec leur propre marionnette.
Avec le froid et la fin de l’automne, les élèves ont donc commencé à fabriquer leur propre marionnette.

-> Étape #1 : Le moulage des masques

Les élèves travaillent à partir de leur propre visage pour créer leur personnage. À l’aide de bandes de plâtre, en binôme, les élèves ont donc moulé leur visage en faisant attention à la solidité de la structure et à l’expression rendue. Il était également possible de travailler à partir d’une matrice pour réaliser un visage selon son souhait.
Un travail de concentration et de minutie qui a été accueilli avec entrain par des élèves qui ont vécu une vraie expérience sensorielle !

-> Étape #2 : La confection des visages en papier mâché

Après le moulage des visages, place au papier mâché ! Cette technique permet d’apporter de la solidité au masque mais surtout de définir les traits du visage du personnage.
Les élèves travaillent avec minutie sur les yeux, le nez, la bouche, les oreilles, autant de d’éléments qui apporteront de la personnalité à leur visage.
C’est un travail délicat, de création qui commence à révéler les futures marionnettes !